2 février 2021 Retour au blog
Werewolf The Apocalypse

Nous avons posé quelques questions à H-Pi afin d’en apprendre plus sur son travail à la composition de la bande originale de Werewolf: The Apocalypse – Earthblood. Let’s Rock !

Enregistrement des musiques metal par H-Pi dans son studio

Werewolf: The Apocalypse – Earthblood dépeint un univers très sombre. Quelles étaient tes premières intentions musicales et comment as-tu abordé ce nouvel univers ?

Quand j’ai rencontré l’équipe, l’idée directrice était d’illustrer un univers pré-apocalyptique, dans un futur relativement proche. Il fallait donc éviter les écueils trop futuristes, ou trop fantasy et faire quelque chose d’actuel/moderne, mais toujours avec la sensation qu’il y a un malaise. On a décidé de découper le style de l’OST en 3 grands axes. Des pistes avec des influences tribales/mystiques, pour symboliser le lien fort avec la nature et Gaïa. Des morceaux plus électro, pour les phases d’infiltration, pour l’interaction dans le monde des humains, dans les installations d’Endron. Et enfin du Metal plutôt énergique, (Hardcore, Neo, Deathcore,…), pour mettre en avant la violence jouissive de succomber à la rage des Crinos. Le tout saupoudré des influences de films de mutants et super héros.

J’ai ensuite cherché à apporter quelque chose d’original dans chacun de ces univers. En jouant, triturant certains instruments moi même pour la partie tribale (Low D whistle, Didgeridoo, Dulcimer, etc..), en utilisant principalement un synthé hardware d’une petite boite française “Audiothingies” pour la partie électro. Et pour le metal, je cherchais à m’approcher du son d’Alien Weaponry (pour garder la cohérence avec l’écran titre).

Les guitares sont enregistrées sans aucun simulateur d’ampli, ou IR. C’est Brut, sauvage ! 2 micros devant un ampli à lampe, et qui passent dans des préamps analogiques. On reste peut être dans l’ésotérisme pour garder le son organique, mais c’est en lien avec l’univers du jeu !

Werewolf: The Apocalypse – Earthblood – The Forest Caern

La BO propose un style Métal qui fait partie de tes genres de prédilection, comment as-tu intégré ce style musical à l’univers du jeu ? Y a-t-il différentes couches sonores en fonction du personnage incarné (Humain, Loup, Loup-Garou) ?

Oui, j’adore le métal. J’en ai joué “live” avec différents groupes, mais rarement pour le JV. Là, Je savais qu’on utiliserait AW pour l’écran titre, et que le style était apprécié par une grande partie de l’équipe. Et  donc je pouvais y aller à 100%. On a vu, au moment du proto que ça fonctionnait super bien sur les phases de combat. Avec des riffs pêchus et positifs. L’idée est d’être un Garou qui détruit tout dans le mosh pit au Wacken ou au Hellfest. Pour les boss, j’ai fait plutôt du métal prog/sympho voire tribal ou indus, pour coller à l’aspect narratif et que ça soit plus épique. On a des petites subtilités d’intégration par moment (des breaks/outro lors des exécutions). Et sinon pour les phases d’infiltration, pas de métal, mais de l’electro avec un peu de guitares saturées, pour faire le lien. Et qui varie en fonction des lieux et du danger. 

Werewolf: The Apocalypse – Earthblood est tiré d’un jeu de rôle prenant place dans l’univers World of Darkness. Est-ce un monde avec lequel tu étais déjà familier ? Comment cela a-t-il influencé ta composition ?

Alors, au risque de décevoir les fans, je ne connaissais pas du tout l’univers de WoD, mais j’ai été complètement séduit quand on me l’a présenté ainsi que le scénario du jeu. Je l’ai lu à plusieurs reprises, histoire de bien cerner l’univers de chaque personnage et faction et j’ai fait confiance à l’équipe au cas où je faisais fausse route. Donc j’imagine que les fans seront satisfaits. J’y vois une certaine connexion avec l’univers de Styx pour l’aspect Goth/Punk, donc c’est un style familier. Et puis j’adore le mélange fantastique et dystopie de l’histoire. Et l’alternance de zénitude et de violence !

Tu as travaillé sur de nombreux projets de jeux vidéo (Styx 1 & 2, Trackmania ou encore Streets of Rage 4). Comment as-tu abordé ce projet par rapport à tes anciennes compositions ? 

C’est assez proche de Styx d’une certaine manière, parce que c’est également en grande partie un jeu d’infiltration, donc on a les mêmes systèmes de déclenchement, les mêmes intensités à atteindre avec des tracks calmes et d’autres qui suggèrent plus de tension. Et aussi parce que c’est encore Gery Montet qui est au Sound Design et à l’intégration des musiques dans Wwise.  La différence est que je n’ai pas enregistré d’orchestre ou de solistes, mais j’ai quand même joué le plus d’instruments live possible dans la limite de mes aptitudes. Avec les outils de MAO, on fait des miracles. Bref c’est finalement une BO très personnelle. 

Et sinon en termes de process, j’ai commencé par faire la track ” Silver Bullets” ainsi que “The Forest Caern ” et les thèmes mélodiques sont venus naturellement. Du coup j’ai pu les décliner dans les autres tracks pour avoir un leitmotiv pendant le jeu. C’est une méthode de composition que j’aime bien utiliser. 

H-Pi en studio pendant les enregistrements de Styx: Shards of Darkness

Quelles ont été tes références et influences pour composer la musique du jeu ?

J’ai écouté beaucoup de musique avant de commencer à travailler sur le projet. Notamment l’album d’Alien Weaponry, pour vraiment être en phase sur la partie Metal. Mais sinon j’ai passé en revue différents riffs de Slipknot, Korn, Machine Head, SoulFly, Hatebreed (Destroy Everything !!!! ) pour le côté Metal jouissif/destructif ! Voire du Infant Annihilator pour les blasts de batterie. Forcément un peu de SOAD, Rammstein, Gojira, Dagoba. Même du Ultra Vomit car ils ont un son de bâtards ! Pour les autres univers je me suis inspiré en vrac en espérant ne pas avoir fait trop de Cryptomnésie, des BO de Wolverine, Thor, The Dark Knight, Game of Thrones, LOTR, d’ost de jeu comme SOMA, Detroit: Become Human, Far Cry Primal, de LORN (sur la BO de Furi) et même de compilations tribal / Zen / celtique sur YouTube. D’ailleurs l’algorithme de YouTube m’a proposé des groupes improbables suite à tout ça ! 

Album “Tū” – Alien Weaponry

Orchestral, Rock, Casual/Fun, Electro… Tu as composé avec beaucoup d’instruments différents et dans plusieurs styles. Pourquoi expérimentes-tu autant de genres musicaux ? 

Parce que la musique est un langage et un vecteur pour faire passer des émotions. Et l’instrument /le style est tout simplement un outil pour y arriver ou donner plus de nuance. Cela dit, il y a un certain fil conducteur dans mon style qui est le Groove et l’aspect mélodique. Et j’aime de plus en plus travailler sur les textures sonores également. 

Mais tous les styles musicaux sont connectés de toute façon, comme le wyrm, le weaver, le wyld (rires). Par exemple, le métal, le jazz, sont des musiques héritées du blues de Détroit, qui vient en partie d’Afrique, mélangées avec un héritage de musique européenne classique. Tout est mélangé, connecté.

H-Pi – Enregistrement du Didgeridoo

La BO contient également deux musiques du groupe Néo-Zélandais Alien Weaponry. As-tu échangé avec eux et est-ce que leur style t’a inspiré ?

Oui je les ai rapidement croisé à un concert en France, quand on pouvait encore transpirer et faire un pogo sans masque. J’avais rapidement pu confirmer avec leur ingé son /manager/père, que j’avais utilisé le bon setup pour imiter leur son. À savoir une tête Marshall dans l’esprit JCM800 super lead , plus précisément un DSL 20, Direct sans overdrive ou toneshaper. On a aussi pris un verre rapidement après le concert. Je ne suis pas certain qu’ils s’en souviennent mais c’était très sympa ! Sinon l’autre trick que j’ai utilisé pour imiter leur son est de passer par un preamp de type Neve1073, et des compresseurs type 1176.

Et pour finir, est-ce que tu as une anecdote à raconter sur cette BO ?

Oui, j’ai inventé un instrument, Le “Didgeriflute” ou le “Low-D-dgeridoo”, qui consiste à mettre un Low-D Whistle (flûte irlandaise) dans un Didgeridoo (rires). Je l’utilise sur le morceau Onawa & Pach’ua. Et sinon, certains morceaux, notamment “ a Song of Claws and Poison” (combat contre les Red Talons) ont été enregistrés un soir de pleine lune … Oooowwwwwww !!! 

Merci H-Pi !

La bande originale de Werewolf: The Apocalypse – Earthblood est disponible en précommande sur Bandcamp : https://werewolftheapocalypse.bandcamp.com/

Suivez-nous sur nos réseaux : Twitter, Instagram et Facebook.